A un moment il faut bien y arriver…parce que l’ “autre” est lâche….

Pour Vous Marquis…..

 

Je pense quil est temps, à présent, puisque je ne sais pas, rien, pas un mot, même pas un simple “non c’est fini”, ma supplique et mes mots n’auront point suffit, tant pis …


 

Quand un livre, un film est tellement prégnant on en arrive parfois à ne jamais vouloir lire le mot “fin”.

Jimagine un auteur qui arrive au bout de son roman, qui a crée des personnes, une vie et qui à un moment doit se résoudre à laisser l’imaginaire des lecteurs prendre le relais pour laisser vivre ce qu’il a créé se poursuivre autrement, ailleurs.

Dans la vie à un moment donnée on doit finir par accepter que le rêve est devenu un cauchemar. On se dit finalement que la réalité vaut mieux que le rêve.

Puis on finit par se persuader quil vaut mieux ne pas rêver du tout.

Même si certains saccroche à leur rêve

Puis un matin, on séveille et on se retrouve avec un rêve tout neuf que lon avait pas vraiment envisagé en affrontant la vie.

On se rend compte que le véritable rêve cest d’être  capable de pouvoir encore rêver…

Il y a un peu plus d’un an, je m’éveillais sous un soleil radieux, pensant quil serait de bon augure, j’étais emplie de joie, de bonheur et d’appréhension puis j’ai été plongé en plein rêve…

Ce rêve est devenu un cauchemar, très vite, rapidement

De ceci, qui a été ou pas, il ne reste rien, rien que de la rancœur, des questions et un douleur là…Ce jour à cause d’un énième silence, je dois me réssoudre à voir la vérité aussi cruelle soit-elle en face pour avoir le courage d’écrire sur la dernière page après les derniers mots,  ” FIN”

Parce que quoi que je fasse, ou dise rien ne changera, je garderai à la fois cette sensation d’avoir été utilisée et d’avoir profondément aimé.

Jaime encore, parce que cette chose ne sen va pas ainsi, cela va se transformer et in fine j’aimerai en garder malgré tout, quelques traces de tendresses…

Il y a des moments comme ça dans la vie, où il est nécessaire de tourner, une, voire des pages. Des moments où, malgré soi, on grandit encore un peu, où les évènements de la vie vous mènent à faire des choix, souvent à double tranchant, des choses qui vous semblent bonnes pour vous, et qui le seront peut-être moins pour d’autres. Comme  dit mon ami, mon très fidèle ami, A.: “la chose la plus difficile à faire et la meilleure chose à faire sont souvent la même”… Il faut des moments d’égoïsme pur et dur, des moments de remise en question, des doutes, des questionnements, et des pleurs, irrémédiablement, des larmes qui coulent le moment venu, et qui reviennent vous surprendre un soir, comme ça, juste une chanson qui vous fait penser à tout ce temps, à ce qui aurait pu être, ce que vous avez décidé de suspendre, de dire stop, d’y mettre une fin, de perdre peut-être, mais pour mon bien et le sien.

Pas forcément le bon rôle, des critiques, des questions, des regards ou des mots désapprobateurs, des jugements portés sans connaître toutes les clefs de l’histoire. Se dire malgré cela, que l’on est plus fort, plus fort que toutes ces petites blessures, et que peut-être, si “on”  juge, c’est que lui, le courage dont je fais preuve à ce moment, ce courage-là, lui ne l’a  jamais eu, et tout compte fait, il  m’en voudra  d’en avoir plus que lui, ou pas, parce que cela l’indiffère, ayant eut ce qu’il voulait…

Il y aura eu de très nombreux moments heureux, on ne peut pas les évincer, des moments plus durs, où l’un et l’autre étions là pour nous soutenir, des choses que nous voulions partager, des coups de cœur,des larmes, des frissons, des émotions,…, mais il est temps, cette histoire se termine ces trois années presque  demie passées avec lui, non pas abandonner tout cet univers, mais abandonner cette facette-là, cette facette forcément reliée à lui.

Comme je l’écrivais plus haut, beaucoup de beaux moments, l’ an dernier, il était là à sécher mes larmes, à être l’ami le plus cher qu’il a toujours été depuis le début en me disant maintenant que tout était calculé, puis d’ami en amant in fine le but ultime pour lui à atteindre… une de celles, toutes celles qui avaient si longtemps résisté, presque 4 ans partagés. Et comme pour finir en “beauté” cette relation , comme une apogée à cette idylle, au terme de cette  histoire que je qualifie presque de sordide, quelque chose à laquelle je ne pouvais mettre un terme, un petit signe du destin, une étoile qui continuera à briller malgré la fin ,  pour ne pas laisser de goût amer en bouche, pour se dire, que même si j’ai du choisir de poursuivre mon chemin  de mon côté, “Elle” sera toujours là pour me rappeler ce que nous avons  brièvement vécu ensembles. Et le meilleur reste forcément à venir, parce que « Elle » sera là et qu’ « Elle » a besoin de moi…

 Alors voilà… je pense avoir fait tout ce que je devais, tout ce qui était en mon pouvoir pour le faire et maintenant mon histoire, mon film doit vivre ailleurs avec d’autres choses dont « Elle » et pour commencer un nouveau “livre”, une nouvelle histoire, il faut terminer ceci en écrivant, quoiqu’il m’en coûte ce mot…

Nous aurions pu être extraordinaire ensembles plutôt que d’être ordinnaire séparément

Je continuerai à taimer, en silence, parce que c’est la plus délicate façon de le faire avant de pouvoir aimer autrement

Prends surtout soin de Toi

FIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *